Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 15:48

en décembre 1939 on voit ariver des soldats. c'était le 3éme régiment d'artillerie de Castres et de Bédarieux, uniquement des gens du midi, les enfants des écoles passent dans les maisons pour les loger chez l'habitant.

une journée au matin les avions allemands passent en rase-mottes et laissent tomber des tracts. c'était nouveau pour l'époque. sur ces tracts était écrit que c'était le bain de sang les Anglais donnent le maximum et les Français leurs poitrines. la France est vaincue.

 

pendant l'occupation les alliés lancent aussi des tracts. le premier je l'ai ramassé en 1942, a chaque fois que je ramassais un trac je le cachais dans la poutre creusée de la vielle baraque. cette baraque avait été montée par les Anglais, à l'intérieur il y avait un insigne marqué au feu  "Canada"  dessiné une feuille d'érable et 1904. mon père a brûlé cet insigne. des tracts j'en ramassais pour toute la guerre 30 que je possède encore en 1993. le garde-champêtre de l'époque sonna par ordre de l'autorité Allemande que toute personne qui serait surprise en train de ramasser un tract serait arrêtée et fusillée. je les ramassais la nuit dans la vieille briqueterie sur le terrain en contre-bas, c'était facile.

 

 

pour en revenir aux soldats du 3ème reg., ils avaient quatre canons de 75 (des pièces de 1914) à roues en bois tiré par des chevaux, du vieux matériel.derrière la maison il y avait deux mitrailleurs et deux F.M qui gardaient les canons qui étaient dans le hangar cheutet. à la maison dans la grange il y avait deux juments " menthe et rebecca ", 1 pour le capitaine et 1 pour le lieutenant . c'est mon père qui faisait les litières, un des soldats donnait 2 francs à mon père pour faire la litière car ils disaient que ça sentait mauvais, ils n'avaient pas beaucoup de courage, ils dormaient souvent et mettaient des collets pour attraper lapins et lièvres. ma mère leur lavait le linge. à la maison il y avait trois soldats qui habitaient dans une pièce de la petite maison dans la cour.Fernand Vacca (marchand de vollailles), je n'ai jamais vu tuer un lapin aussi vite , il jetait la peau sur le mur et elle collait. Robert Prique (employé des chemins de fer)de Bédarieux, il avait un chien épagneul breton du nom de die, c'était un bon toutou. André Lagarosse (fils de cultivateur aisé) qui eu un sort tragique.

tous les samedis les Anglais venaient jouer au rugby sur le terrain rue de la gare ,  ils étaient cantonnés à Vélu.  un jour on voit arriver les Anglais, ils ressemblent à des scouts devan les gens du midi, ils ne faisaient pas le poids. une fois il ont été écrasés par 30 à 0. un jour André Lagarosse a eu la clavicule cassée, il a  été transporté à l'hopital de Cambrai à la manutention face à la caserne Mortier, à l'approche des Allemands, ils furent dirigés sur Boulogne-sur-mer où il ont été embarqués pour l'Angleterre et là plus de nouvelles il disparut pour toujours. après la guerre on a reçu une lettre de madame Laragosse mère. mon frère curé fit des démarches  pour en savoir plus. c'était toujours la même réponse, après Boulogne rien. un jour on voit arriver à la maison Mme Lagarosse, c'était une vieille femme, elle était en voiture avec un homme de  Bédarieux, elle avait apporté une lettre de son fils qui disait qu'il était dans une famille avec 5 enfants et qu'il était bien. c'était la dernière lettre quelle avait reçu de lui avant Boulogne. elle repartit sans plus de nouvelles.

dans la grange Lagarosse avait oublié son casque, j'ai voulu lui donner, elle me dit quelle me le donnait, je lui ai dit que quand je ferais un musée je le mettrais dedans en bonne place, je lui ai mis une petite affichette "ce casque a été porté par le soldat Lagarosse André du 3è régiment d'artillerie disparu en 1940, mort pour la France".

il faut toujours avoir du respect pour ceux qui sont morts pour nous.

dans une chambre de la maison il y avait un 4è soldat. Antonin Caoulle, un petit rigolo, il avait un petit chien que Monsieur Ricaux lui avait donné .

                                                                                 LOUIS CARNIAN

INAUGURATION DU MONUMENT AUX MORTS EN 1925

 

Partager cet article

Repost 0
Published by riton5012 - dans Histoire de guerre
commenter cet article

commentaires

isabelle plomion 28/12/2009 16:11


je n'ai jamais vécu à ytres, mais j'y connaissais et je connais encore du monde, d'ailleurs mes parents y vivent. ytres restera dans mon coeur et dans ma tête, toute ma vie. il en fait partie.


Présentation

  • : le blog ytres par : henri Lestocart
  •   le blog ytres par : henri Lestocart
  • : Histoire et les histoires sur la vie du village anciennes et récentes. photos et documents de toutes provenances
  • Contact

Recherche